Accueil Remonter Coordonnées Sommaire

Ces bétons font partie des bétons dits "spéciaux"

Béton résistant aux sels de déverglaçage

L'essentiel

Comme pour le gel, le paramètre déterminant est la pression développée par l'augmentation du volume lors de la solidification de l'eau. L'action simultanée du gel et du sel provoque une charge supplémentaire pour le béton:
- comportement hygroscopique des sels de déverglaçage (la saumure attire l'eau ce qui par la suite cause l'augmentation de la pression en cas de gel).
- progression du front de gel par couches successives.
- pression par cristallisation du sel de fonte dans les pores capillaires.
- choc thermique lors du dégel causé par le sel.

Essais de laboratoire

Comme pour le gel, des éprouvettes préalablement noyées cette fois-ci dans des solutions de Na Cl à 3% sont soumises à 30 cycles de gel+dégel. La surface du béton est alors attaquée et partiellement détruite.
Une perte de substance inférieure à 600 g/m2 atteste alors d'une résistance élevée aux sels de déverglaçage. (tolérance jusqu'à 3800 g/m2)
Mesures

Un point important de référence pour la résistance au gel et aux sels est l'homogénéité de la couche extérieure du béton. Le compactage provoque une ségrégation dans les régions de surface, drainant granulats fins, ciment et eau excédentaires vers l'extérieur et favorisant l'écaillage du béton en surface.
- Il faut par conséquent éviter de tirer les fines en surface et le talochage est à proscrire.
- Les mesures prises contre le gel restent de mise.
- L'enrobage des armatures doit impérativement être de 30mm au minimum, 35 contre terre.

Béton étanche
Béton chimie
Béton résistant au gel
Béton résistant au sel de déverglaçage
Béton / abrasion
Béton avec cendre volante
Béton avec microsilice
Béton léger
Bétons de remplissage
Béton autoplaçant
Mortiers retardés
Chape anhydrite