Même par temps froid, nos centrales de BPE vous livrent un béton de qualité conforme aux normes en vigueur

Selon la Norme SIA 162, la température du béton, lors de sa mise en place, ne doit pas être inférieure à +5°C. Avec une température ambiante inférieure à -3°C, celle du béton frais devrait être d'au moins +10°C. Au petit matin, suite à des nuits fraîches, le béton doit obligatoirement être préchauffé. Même si le temps se radouci la journée, il n'en demeure pas moins que les installations et les stocks doivent être maintenus en température 24 heures sur 24. Une majoration de prix est alors demandée, due à l'augmentation du coût de production et de livraison.

Mesures de planification

Les mesures suivantes permettent d'atteindre un développement plus rapide de la prise, accompagné d'un dégagement de chaleur plus important:
- Augmentation de la température du béton frais par chauffage de l'eau de gâchage et des agrégats.
- Utilisation de ciments à mouture plus fine et/ou augmentation du dosage.
- Réduction du rapport e/c.
- Abaissement du point de congélation de l'eau par utilisation d'adjuvants anti-gel.
- Abandon des camions benne au profit des camions toupie.

A noter qu'une augmentation du dosage en ciment sans augmentation de la quantité d'eau baisse le apport e/c mais provoque un plus fort dégagement de chaleur. Le cas échéant, il faut ajouter un fluidifiant pour garder une maniabilité acceptable.

(voir nos bétons BPAR3 et BPAR4)

Mesures adéquates sur le chantier

Pour mettre en place et protéger contre le froid, il s'agit principalement d'observer les règles suivantes:
- Ne jamais bétonner contre un élément ou un béton gelé!
- Libérer les coffrages et les armatures de toute trace de neige et de glace par traitement thermique (p. ex. aérochauffeur). Ne jamais utiliser de jet d'eau pour dégeler.
- Éventuellement disposer des tubes dans le béton pour pouvoir mesurer et suivre l'évolution thermique de l'hydratation.
- Ne pas talocher la surface trop tôt, afin de la protéger contre les phénomènes ultérieurs d'abrasion et de développement de poussière.
- Protéger le béton après sa mise en place pour limiter la déperdition de chaleur en couvrant les surfaces au moyen de bâches isolantes. Lorsque la protection ne repose pas directement sur le béton, l'espace libre doit être chauffé afin d'éviter la formation de glace.
Attention à na pas dessécher le béton. En cas de chauffage avec des lampes à infrarouge ou avec de l'air sec, le béton doit être protégé contre le dessèchement. Cela n'est pas nécessaire si on utilise de la vapeur chaude. Si l'on emploie des chauffages à base de combustion, il faut veiller à ce que le CO2 qu'ils dégagent n'entrent pas en contact avec le béton, lequel pourrait sinon carbonater fortement.

Comportement physique

La protection (cure) doit être maintenue en place aussi longtemps que le béton n'a pas atteint une résistance mécanique suffisante pour s'opposer aux contraintes dues au gel de l'eau. Ceci est généralement le cas avec une résistance d'au moins 10N/mm2 (demander éventuellement une vérification au scléromètre par votre ingénieur).
De manière empirique on peut considérer que la durée nécessaire à un béton de valeur e/c=0,5 pour atteindre une résistance de 10N/mm2, est d'environ 30 heures. Pendant ce temps, la température du béton ne doit pas chuter en dessous de +10°C
Durant le durcissement sous bâche, si la température du béton descend momentanément en dessous de 0°C, il faut prolonger les délais de décoffrage d'une durée au moins égale à cette phase. La difficulté réside dans le fait de ne pas laisser prendre le dessus au refroidissement de la structure face à l'échauffement provoqué par la réaction de durcissement et ceci dans les premières heures qui suivent la prise. Si le refroidissement prend le dessus, alors son effet s'accentue immédiatement .
Lors du décoffrage il faut veiller à ce que le béton ne subisse pas un choc thermique. On peut pour cela recouvrir de nouveau les éléments avec un matériau isolant.

D'autre part il faut considérer que le développement de la résistance dans le temps d'un béton conservé à +5°C par rapport à un autre conservé à +20°C par exemple est d'environ 20% inférieur. Pour un B35/25 il faudra en principe attendre 7 jours pour atteindre 15N/mm2 alors que 3 jours suffisent à 20°C pour atteindre cette même résistance.

Une dernière valeur comparative: par -5°C, un béton protégé thermiquement peut conserver encore une température de +10°C après 7 jours de par sa propre chaleur d'hydratation, alors qu'un béton non protégé descend en dessous des +10°C déjà après 3 jours et il a perdu toute chaleur après 7 jours. 


 

 

Accueil
Remonter
Coordonnées
Sommaire